Brocher Conference Series (I): 70th anniversary of WHO and 40th anniversary of Alma Ata Declaration

Presentation:
La conférence d’Alma Ata (12 septembre 1978) marque l’apogée de la médecine sociale. Evoqués rapidement, quelques antécédents: l’Amérique du nord du New Deal aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, le Costa-Rica de 1941 à 1973, la Tanzanie des années 1960. Egalement passé en revue, le contexte immédiat de la conférence: Charte de l’OMS (1946), détente est-ouest (1972-79), 30e Assemblée générale de l’OMS (“la santé pour tous en l’an 2000”, 1977), essor de la théorie du développement.

A la base de la conférence, trois principes: 1) idéologie de la “convergence” entre captalisme et socialisme incarnée par la campagne mondiale d’éradiction de la variole co-dirigée par l’Union soviétique et les Etats-Unis (1966-1980); 2) priorité donnée aux soins primaires après l’échec des programmes “verticaux” (paludisme, 1955-1969); 3) nécessité de libérer les pays en développement de l’emprise du modèle médical occidental (“la règle des trois quarts”).

La stratégie des soins primaires donne d’emblée de bons résultats: le Zimbabwe atteint en cinq ans des taux de couverture élévés pour la vaccination des enfants de moins de 5 ans (1982-86). On note cependant de sérieuses faiblesses: résistance et évasion des populations, “l’agent de santé communautaire” se révèle une stratégie décevante, les centres de santé ne distribuant pas de médecaments sont peu fréquentés. Moins de dix ans après Alma Ata, la Conférence de Bamako (1987) insiste sur la décentralisation de l’organisation des soins et sur la maîtrise des coûts: une critique en règle de la conférence de 1978.

Cinq ans plus tard, la Banque mondiale et le FMI lancent la politique des “ajustements structurels” (1991-96): centralisation, court terme, service payant. En résultent une baisse de l’utilisation des services et une forte prévalence des endémies (paludisme) et des infections (VIH/sida). Avec l’UNICEF, l’OMS, dont la gouvernance est alors en crise (1980-1995), se voit pour un temps subordonnée aux institutions financières internationales. Les programmes “verticaux” sont de retour, les donateurs exigent des résultats à très court-terme. Alma Ata: apogée ou chant du cygne de la médecine sociale?

 

Lien:

Brocher Conference Series PL : Plenary
Location: Date: April 10, 2018 Time: 6:00 pm - 6:20 pm Zylberman Patrick